LA GEOGRAPHIE

 

la mer

 

Les Comores sont situées à égale distance de l’Afrique et de Madagascar, dans l’Océan Indien et plus précisément à l’entrée nord du canal du Mozambique.

 

La Grande Comore est la plus grande des îles avec 1248 km². C’est une île volcanique, formée de montagnes qui surplombent des plaines côtières étroites.

 

Le sommet le plus élevé se nomme le Karthala qui est entré en éruption en 1977 avec des coulées de laves. Le village de Singani a dû être évacué rapidement, des traces sont encore apparentes. En juillet 1991, une explosion de type phréatique (mélange d’eau et de gaz) sans coulée de lave, a été remarquée au sommet du massif. En mars et novembre 2005, une crise sismique a été enregistrée avec une cinquantaine de séismes. Des poussières volcaniques se sont déposées dans les villages de l'île, aucune évacuation n'a été faite. A nouveau en mai 2006, une éruption de type magmatique est enregistrée. Un lac de lave s'est formé dans son cratère. Des gaz se sont échappés en quantité modérée. Le Karthala est sous haute surveillance.

 

Le climat tropical humide offre une saison de pluies, chaude de novembre à mai et une saison d’alizés fraîche et sèche pour le reste de l’année. Les températures vont de 23°C à 34°C.

 

la mer

 

La Grande Comore demeure un des pays pauvre et dépend de l'aide internationale. L'économie repose sur l'agriculture mais ne suffit pas à nourrir toute la population de l'île. Les cultures comme les tomates, le maïs, le piment ne peuvent se faire que dans certaines régions où le terrain offre une terre cultivable. On peut signaler quelques spécialités : l'ylang ylang, la vanille et quelques épices.

 

L'île comporte beaucoup de forêts mais les ressources ne sont pas suffisantes. La pêche assure une sécurité alimentaire mais les techniques sont peu diversifiées et primitives ce qui ne favorise pas une ressource rentable. On peut signaler un peu d'élevage de bovins, ovins et volailles. Depuis 1999, les autorités nationales voudraient le développement du tourisme, de la pêche et de l'agro-alimentaire et actuellement quelques embryons de projets surgissent.

 

A Ifoundihé

 

Les familles cultivent au champ pour assumer leur consommation au quotidien. La pêche n'est pas une ressource, la mer n'étant pas proche du village. Quelques personnes possèdent des vaches et des chèvres. Ces animaux sont consommés surtout lors des fêtes coutumières comme le Grand Mariage.

 

Haut de la page